Beysil
Démographie
Gentilé :Basiliens
Population totale :20 000
Administration
Régime :Consulat
Capitale :Sylve
Dirigeants :Conseil de Sylve
Armée :Mercenaires

Beysil

Beysil est un pays situé au centre du Grand Continent, possédant des frontières avec Qvill, Vargas et Velum.

Auparavant une simple forêt réputée sacrée pour être le siège du principal sanctuaire de Gaia, il est aujourd'hui séparé en deux parties : La zone déboisée à l'est et le reste de la forée sacrée à l'ouest.

La naissance de la forêt

Lors de son apparition, qui permit de bannir définitivement l'originel de ce monde, la déesse Gaia avait besoin d'un sanctuaire, un lieu clé où sa dévotion pourrait s'y retrouver concentré, afin que sa présence sur Memtis puisse être permanente et définitive. Elle jeta alors son dévolu sur la forêt qui l'avait vu naître en tant que Dryade : l'immense forêt du grand continent, qui n'avait pas encore de nom, en ce temps là. Peu après, celui de Beysil lui fut attribuée, mot Valorien pour désigner “Le sanctuaire”.

Il n'y a pour ainsi dire que peu de choses à compter de cette forêt et ce même au moment de la seconde invasion démoniaque. La déesse mère utilisant déjà ses nombreux arbres de vie disséminée à travers le monde afin de pouvoir étendre son influence et aider les mortels a affronter les envahisseurs. Ce fut à ce moment-là qu'apparurent les centaures. Créatures équidés nées de la volonté de Gaia, c'est en développant un lien très étroit avec la nature qu'ils commencèrent à fonder de nombreuses sociétés. Chaque petit village était indépendant des autres et pourtant une sorte d'émulation axée autour de l'image de leur déesse et de cette forêt si vivante qui leur servait d'habitat, tous se comprenaient s'acceptaient et formaient une immense famille

Arrivée des colons (-275)

Les premières histoires que l'on compte de Beysil date de l'an -275, au jour où de nombreux colons venus de Velum remontant vers le nord afin de trouver de nouvelles terres et de nouveaux vivres. Ce fut des caravanes entières d'elfe et de eyrien qui s'aventurait aux lisières de la forêt. Il n'y avait qu'une très faible parcelle de Beysil qui était pas encore boisé qui était habitable. Il faut dire qu'entre la faune luxuriante de la forêt et les nombreuses conditions naturelles et climatiques rendaient la moindre société quelque peu sédentaire dépendante des caprices de la nature.

Bien évidemment les colons ne comptaient pas en rester là. Alors que les premières décennies furent relativement pacifiques, le Haut conseil de Velum ordonna immédiatement après son élection en l'an -234 de commencer la déforestation de Beysil. Ce fut également un acte de trahison pour les centaures qui avaient toléré jusqu'ici la présence de ces nombreux intrus aux abords de leurs forêts en pensant naïvement que ces derniers ne leur feraient aucun mal. Et malgré de très nombreuses négociations où personne n'arrivait à trouver son compte ce qui devait arriver arriva.

Guerre de territoire (-115 à -62)

En l'an -115, les centaures passent à l'offensive et décidée d'attaquer les colons de nuit pour tenter de les faire dégager les villages les plus proches construits aux alentours de la forêt. Pour la Velum ceci est une déclaration de guerre et sait immédiatement qu'elle va t'envoyer les rares milices qu'elle possédait alors en direction du nord pour mener une furieuse bataille qui jura pratiquement 60 ans. 60 ans de guerre froide, de lutte alors que la forêt perdait petit à petit du terrain au profit de nouvelles villes, de nouvelles routes…

Tout changea néanmoins lorsque le nouveau Haut-Conseil de Velum fut nommé. Porté par des idéalistes pacifiques ces derniers réussirent à passer un pacte de non-agression avec le peuple Centaure. Cependant malgré que ces derniers avaient accepté le cessez-le-feu, il était rare de trouver un centaure qui voulait du bien à quelconque eyrien, humain ou autre qui passait par là.

La grande guerre (-33 à 1)

Ce fut lorsque la Grande guerre démarra que l'amitié entre les centaures et les autres espèces commença à trouver du sens. Les nombreuses terres que composer le pays de Vargas commencé à se faire la guerre et le sultanat de Séoul projeté afin de pouvoir couper l'herbe sur le pied assez potentiel ennemi, de prendre possession à la fois du pays de Velum mais également de Beysil. Colomb comme Centaures se réunirent alors sous une même bannière afin de faire front commun contre les envahisseurs.

Lorsque les démons arrivèrent, Beysil était loin des champs de bataille principaux. Mais ce n'est pas pour autant qu'ils n'eurent pas leur lot de problèmes. De nombreuses engeances démoniaques voulaient attenter à la vie de la déesse en tentant de corrompre ou détruire l'arbre de vie figée dans la forêt. De nombreuses créatures périrent dans ses assauts fut également le cas des habitants et de la forêt et des villages qui l'en voisinaient.

Les premières ententes (0 à 221)

Après la fin de la guerre, fort de ses nouvelles alliances qui s'étaient créées, des gestes furent faits de part et d'autre pour essayer de créer une nouvelle amitié entre deux espèces qui jusqu'ici ne se faisaient que la guerre. Les centaures consentirent à donner une partie de leur territoire aux colons, à condition qu'en échange ces derniers ne s'aventurent jamais avec leur haches plus loin dans la forêt. Ce fut à cette occasion que la désormais capitale de Beysil nommé sylve fut bâtie en l'an 32. Afin de rendre la pareille aux centaures et prouver leur bonne foi vis-à-vis du peuple de la forêt, les ministres de sylve acceptèrent d'ériger un arbre aux fées en plein centre de leur capitale ces dernières ayant vécu un presque génocide lors de la Grande guerre.

Ceci permet non seulement à certains érudits de pouvoir converser avec les centaures et s'accaparer leur savoir, mais cela permit également un certain centaure de pouvoir enfin sortir de la forêt, explorer le monde et ouvrir une culture qui était jusqu'alors beaucoup trop centrée sur elle-même.

Le déclin de Gaia (221 à 330)

Cependant tout ne fut pas rose, l'influence et le pouvoir de Gaia n'avait cessé de décroître depuis des siècles et à cette période ce fut le pique de faiblesse de la part de toutes les barrières naturelles ou magiques qui peuvent protéger la forêt. Les centaures étaient alors démunis incapables de s'imaginer de voir vivre sans leur déesse pour les guider.

Ce fut une période très rude pour Beysil, que ce soit avec les fermes ou encore avec les fruits et les animaux qui constituaient l'écosystème de la forêt, lorsque la présence de Gaia ne signifie plus vraiment sentir, immédiatement après la vie autour de ces espaces naturels se faisaient légèrement plus rude moins généreuse qu'il avait pu être autrefois.

Rayonnement économique (330 à Ajd)

Mais ce fut au début du quatrième siècle en l'an 330 que les choses allaient changer. Le nouveau premier ministre de sylve se rendit compte que Beysil était un carrefour commercial hors du commun. De par les voies maritimes Beysil était capable de commercer avec tous les pays situés à l'est. De par la route principale il pouvait commercer avec Velum qu'était une incroyable région cosmopolite tout autant que le sultanat. Ces pays ayant eux-mêmes des frettes avec les autres pays il devenait évident que développer le commerce et le transport de divers marchandises en acceptant les comptoirs des différentes guildes au sein de son pays et de ses villes étaient le meilleur moyen de faire évoluer Beysil qui avait toujours été légèrement retard au niveau de son développement étant un jeune pays.

Et cela finit par payer arpents pratiquement deux siècles Beysil rentre dans un rayonnement économique et social comptant une migration toutes les espèces aussi bien au sein de la forêt même si évidemment cela se faisait plus rare que dans les villes, mais en plus de cela, un tel rayonnement au sein du pays qui abritait le sanctuaire de Gaia fit que la religion recouvrit un petit booste de popularité.

Aujourd'hui, Beysil tente de profiter de ce rayonnement économique afin de se construire comme un état providentiel. Avec des terres encore inoccupées et inexploitées, aucune surpopulation et presque pas de pauvreté, un écosystème riche en équilibre, aucune relation conflictuelle avec le moindre pays… Beysil veut tenter ce qu'ils estiment que la Velum a raté en termes de pari de devenir le pays le plus important du sud du grand continent

Environnements

Villes et villages

La politique de Beysil est basée sur un conseil des ministres. Il existe une dizaine de ministres, dont sept sont destinés à couvrir des périmètres spécifiques : les guildes, l'économie, l'armée, les relations politiques, le peuple, ressources et du culte. À ceci s'ajoute deux ministres nommés ministres d'Orient et ministre d'Occident, le premier ayant pour but d'administrer toute la partie urbanisée de Beysil, l'autre ayant pour but d'entretenir une bonne relation avec leur voisin Centaures de la forêt sacrée. Et enfin à tout ceci, s'ajoute le premier ministre qui non content d'avoir un droit de veto est un droit de décision dans tous les domaines déjà couverts par ses condisciples, a également pour but de représenter Beysil à l'international principalement au Grand conseil de Fénéris.

Les centaures n'ont que très peu de systèmes politiques, et si le conseil des ministres faits au mieux pour ne pas biaiser leurs voisins, ce n'est jamais vraiment évident quand ces derniers ne prennent pas part au débat. Cela dit, sur le dernier siècle certains centaures ayant fait d'autres études et obtenues une approche différente de la vie et des valeurs enseignées dans la forêt, ont tendance à revenir à Beysil pour tenter d'obtenir un poste de ministre afin de trouver une meilleure entente entre les centaures et les autres habitants de leur pays.